DL 210827

Non, la violence n'est pas limitée hélas à celle commise sur les femmes.

Hélas, la violence remplace aujourd'hui le vote démocratique. Les citoyens mécontents de ce qu'ils vivent n'exercent qu'un moyen de le dire : des propos haineux et des gestes violents, parfois violentissimes.

L'Association des Radicaux de la Dordogne dont je suis membre dénonce régulièrement le manque de sécurité à Périgueux, manque de sécurité particulièrement la nuit comme l'a souligné récemment un article de Sud-Ouest.

Dans le cadre de son métier, un journaliste de "La Dordogne Libre" a voulu vérifier sur place ce qu'il en était ... et il en a obtenu la preuve à ses dépens.

Toute violence sur autrui est non seulement prohibée, mais elle est aussi et avant tout amorale.

Et dans le cas précis, cette violence contre un journaliste est une atteinte à la liberté de la presse, cette liberté même qui permet de dénoncer parfois des anomalies de notre système démocratique comme de valoriser des citoyens et/ou élus intègres.

Je m'associe donc à toutes celles et tous ceux qui dénonceront cette agression dans notre paysage périgordin qui aspire à donner une image tranquillement dynamique de la ruralité moderne.