Le destin tragique de René Versannes est part entière de la famille Valade.

Le 7 août 1944, un camion de résistants couzots tombe en panne dans la côte de Monbazillac. Il faut le remorquer. Ils demandent donc à Etienne Valade, qui possède une entreprise de transports, de leur prêter un véhicule pour le tracter ce que ce dernier accepte sans problème sous réserve qu'ils disposent d'un chauffeur pour le conduire.

C'est alors que le courageux René Versannes - qui travaille pour l'entreprise - se propose mais ... "je ne peux pas aujourd'hui. On ira demain."

Ce délai sera fatidique car alors qu'ils commencent à tracter le camion, une colonne de soldats allemands monte vers eux par la côte de Monbazillac.

Innocentio Fernandez - "Néné" ou "100 kilo" comme il est surnommé à Couze - fait partie de ce groupe de résistants actifs et son jeune frère Thomas  l'accompagne. A la vue des Allemands, ce dernier décide de s'échapper par les vignes ... mais ... il fait le choix de la descente ... et se jette "dans la gueule du loup". Il sera rattrappé en même temps que René Versannes. Tous deux seront amenés à Bergerac, au bout des Vergnes ; leur calvaire est indicible.

Néné m'a raconté son choix de partir quant à lui en sens inverse avec Gérard David. Ce dernier saute du camion avec lui mais ... sa canadienne s'accroche au levier de vitesse. Les Allemands s'approchent ... Il fait signe à son ami de fuir sans lui et, avec une détermination courageuse, tire, tire, tire ... avant de tomber sous les balles de l'ennemi. Une stèle à Monbazillac marque ce lieu tragique.

...

Lorsque j'ai été élue maire de Couze et Saint-Front en 2008, mon prédécesseur - Jean Cazzitti - m'a expressément demandé de donner à la commémoration de ces tragiques évènements l'importance qu'ils méritaient. Il ne pouvait tomber sur meilleur interprète de son souhait tant cette histoire marque la mémoire familiale.

Mes successeurs n'ont pas manqué de poursuivre ce devoir de mémoire et, quand bien même ils ne m'y invitaient pas, Serge et moi n'avons jamais manqué d'accompagner chaque 8 août Eliette Borie - ce petit bébé de quelques mois qui a été le dernier enfant de René Versannes.

Flamme_de_la_résistance

"Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas."

Aujourd'hui, la Commune associe pleinement la famille Valade à la cérémonie qu'elle organise et je l'en remercie.

Je vous invite moi aussi à rendre le traditionnel hommage aux résistants de notre village de Couze et Saint-Front et à leurs compagnons de route tués par l'ennemi allemand le 8 août 1944 en présence de MM. les maires de Bergerac et Monbazillac :

  • à 10 h à Bergerac, "au bout des Vergnes", rue Paul Bousquet
  • à 10 h 30 à Monbazillac près du cimetière ;
  • à 11 h 30 devant le monument aux morts de Couze, place Charles de Gaulle.

N'oubliez pas de participer solidairement à la protection sanitaire indispensable aujourd'hui en respectant vous-mêmes tous gestes barrière utiles.