Annonce

jeudi 25 mars 2021

La gestion des déchets végétaux

Avec le retour des beaux jours, nous avons tous envie de profiter de jardins propres et beaux ! Et pour nous qui vivons "à la campagne", nous avons aussi les obligations qui vont avec les joies de la nature ... qu'elles concernent notre environnement immédiat ou les terrains que nous pouvons posséder ici ou là.

Alors ... que dit la loi ?

en Nouvelle-Aquitaine et plus précisément en Dordogne-Périgord

  • interdiction de brûler les déchets végétaux à l'air libre ou dans un incinérateur car les brûler, surtout lorsqu'ils sont humides, dégage des substances toxiques pour les êtres humains et l'environnement. Ils peuvent également créer des troubles de voisinage.

amende pouvant aller jusqu'à 450 €
interdiction de vendre ou prêter un incinérateur de jardin 

  • obligation de débroussailler à moins de 200 m de bois et forêts, en fait dans les zones exposées à un risque d'incendie. Débroussailler limite en effet les risques de propagation d'incendie, d'où la nécessité de réduire les matières végétales de toutes natures (herbe, branchage, feuilles ...) pouvant prendre feu et propager le feu, notamment à des habitations

En zone rurale : 
- autour de l'habitation sur une profondeur de 50 m
- le long des voies d'accès (route, sentier, chemin privatif), autour de l'habitation sur une profondeur de 10 m de part et d'autre de la voie
En zone urbaine dotée d'un Plan Local d'Urbanisme (PLU) : sur l'intégralité du terrain
En zone urbaine non dotée d'un PLU : sur une profondeur de 50 m autour de l'habitation

Les déchets végétaux, c'est quoi ?

  • l'herbe d'après tonte
  • les feuilles mortes
  • les résidus d'élagage, de taille de haies et arbustes
  • les résidus de débrouissaillage
  • mais aussi ... les épluchures de fruits et légumes !

Les biodéchets

Que faire de ses biodéchets ?

En France, ils représentent 17 millions de m3 produits chaque année. Evitons qu'ils aillent emplir les zones d'enfouissement !

La réunion de ce soir traitait des déchets découlant d'un usage particulier, les professionnels étant suffisamment équipés et informés quant à eux pour en assurer la collecte et la destruction.

Aujourd'hui, les ménages sont encouragés à stocker et utiliser les biodéchets qu'ils générent eu-mêmes, sans l'assistance de professionnels.

  • stocker, c'est généralement déposer ses biodéchets dans un composteur dans lequel ils vont se décomposer pour produire du compost. Le compost permet de réduire d'1/3 le volume/poids des ordures ménagères.
  • utiliser, c'est notamment en profiter pour amender la terre de nos jardins ou protéger nos plantations par du paillage

Compostage et paillage favorisent en effet la biodiversité, plus globalement l'environnement et ... nos portes-monnaie en évitant les déplacements vers les déchetteries.

Que sont les propositions citoyennes de ce soir ?

Force est de constater que si tout un chacun reconnaît le besoin de réduire drastiquement sa production de déchets résiduels et s'engage à prendre des mesures pour ce faire, subsistent des problèmes qui ne peuvent être traités qu'au niveau collectif, en proximité avec la commune reconnue comme 1er service public indispensable.

Stockage et utilisation possibles par le particulier lambda

  • compost-COLOR-WEB

    stockage des épluchures de fruits et légumes, de tonte de gazon ... générant un compost utile au développement de nos jardins paysagers, potagers, ...
  • dépôt de tonte fraîche au pied des plantations assurant humidité, éléments nutritifs, faune auxiliaire (vers, insectes ...)
  • tonte laissée sur place, cette matière organique riche se décomposant sur place au profit du gazon
  • broyage des petites branches sur place vidé soit dans le composteur, soit au pied des plantations pour protéger et nourrir les sols
  • accueil de poules qui se régalent de nos déchets de cuisine et nous pondent de bons oeufs 
  • ...

Problèmes rencontrés par le particulier lambda

  • les propositions précédentes sont applicables seulement en cas d'habitat individuel
  • elles ne répondent pas aux besoins de propriétaires de terrains non standard dans l'obligation de débroussailler (entretien de rives de rivière, de sites abrupts ...)
  • elles peuvent être inapplicables par des personnes en difficulté ne disposant pas de moyens financiers suffisants pour faire appel à des entreprises de service

La collecte publique de biodéchets reste une nécessité ponctuelle

La gestion des déchets est un formidable atout d'économie circulaire.

La commune apparaît comme le 1er service public de proximité.

  • les résidus de gros élagage réalisés par des particuliers sur des sites difficiles de forme ou d'accès doivent pouvoir être collectés par la commune avec la mise à disposition de remorque ou vaste bac qu'elle enlève en fin de chantier, service payant
  • pour les habitants en immeuble ou ne disposant pas de jardin, les communes ou gestionnaires de collecte de déchets doivent organiser la collecte de biodéchets

- en millieu rural, possibilité de créer des points de compostage sur des jardins partagés (expériences en cours)

Broyeur_vegetal

possibilité de mise à disposition facturée de broyeurs collectifs de végétaux pour gros volumes et grosse taille (expériences en cours)

- en millieu urbain, possibilité de collecte en porte à porte de sacs de déchets alimentaires par des entreprises fabricant et revendant du compost (expériences en cours)

L'utilisation après collecte des déchets verts, incluse dans la gestion globale des déchets, pourrait participer à la production de biogaz alimentant des systèmes de chauffage collectifs ...

Et pourquoi ne pas créer des collectifs se portant acquéreur d'équipements et outillages nécessaires pour des gros travaux qu'ils mettraient à disposition de leurs adhérents avec un système de bénévolat solidaire ?

Et si revenir au temps jadis où les communes apportaient de véritables services publics d'hygiène et où les populations étaient solidaires les unes des autres était le vrai progressisme ?

Remettons-nous autour de la table pour affiner ces propositions et les mettre en pratique !

Rendez-vous jeudi prochain pour parler numérique

(meet.jit.si/lesrendez-vouscitoyens)