Je suis engagée depuis toujours en politique ; question de culture familiale !

Ma soeur et moi avons été élevées par des parents qui nous ont inculqué le respect mais surtout le devoir d'aider son prochain, de toujours être ouvert à ce qui se passe autour de nous.

A une époque où les enfants n'avaient pas le droit de parler à table ou de lire un journal, mes parents nous autorisaient à participer aux conversations d'adultes à partir du dessert lors des repas de famille ou entre amis et à lire Centre Presse à leurs côtés. Nous avons donc bénéficié d'une véritable éducation.

Le résutat : toutes deux sommes des femmes fortes et libres. Nous nous entendons parfaitement bien alors que ma soeur est "à gauche" et que je suis qualifiée "de droite", ce qui n'est pas tout à fait vrai pour l'une comme pour l'autre mais prouve combien "les gens" ont besoin de catégoriser !

Suis-je à droite ?
La réponse est véritablement non.

Maman, chef d'entreprise, avait l'habitude de dire : "j'ai le coeur à gauche et le porte-feuille à droite" ! Elle disait cela pour expliquer sa politique sociale. Pour pouvoir donner, il faut déjà posséder. On ne peut donner que ce qu'on a ... Et le principe numéro 1 que j'en ai retenu, c'est le sens des responsabilités.

C'est ainsi que je ne me retrouve ni dans une droite trop ferme, ni dans une gauche sectaire ... et que j'ai considéré avec enthousiasme les encouragements de Jean-Louis Borloo en 2012 à s'investir de manière plus ouverte sur et pour la planète. Il était alors président du Parti Radical.

Libertés, égalité, solidarités, laïcité

Tels sont les mots clé pour qualifier le plus ancien parti de France qu'est le Mouvement Radical. Pourquoi donc quitterais-je un parti où la liberté de conscience existe et où, ni de droite, ni de gauche, on peut soutenir autant des politiques de droite que de gauche en fonction de leur intérêt pour notre nation ?

Non, je n'ai pas démissionné du Mouvement Radical.
Oui, j'ai volontairement démissionné de ma fonction de président départemental.
Non, je ne regrette pas mon choix et je m'en explique.

Logo MR24

Le Mouvement Radical est le plus ancien parti de France. Nous fêterons ses 120 ans lors du prochain congrès, début juillet, à La Rochelle. Cette longévité n'est pas dûe au hasard.

Les Radicaux pensent et agissent à partir de leur cerveau et non à partir d'ordres donnés par je ne sais quel responsable lambda. Ils discutent ... ils discutent longuement ... et sont rarement tous d'accord. C'est cette richesse cérébrale qui a permis de voir à leur tête, au fil du temps bien des hommes influençant l'évolution de notre société :

  • Emile Combe - "le petit père Combe" -, porteur de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat en 1905 et du développement de l'école laïque ;
  • Léon Gambetta, Georges Clémenceau, Camille Pelletan, Léon Bourgeois, chantre du solidarisme, ... le lyonnais Edouard Herriot ;
  • la féministe Cécile Brunschvicq qui sera une des 1ères femmes à entrer dans un gouvernement français alors que les femmes n'ont pas encore le droit de voter ;
  • le corrézien Henri Queille, Edouard Daladier, Gaston Monnerville, Jean Moulin, Pierre Mendès France et, plus près de nous après la scission des années 80 entre radicaux de gauche et valoisiens, les brillants Jean-Jacques Servan-Schreiber et Jean-Louis Borloo.

Cet aujourd'hui petit parti devrait servir de référence à tous les citoyens s'intéressant à la chose publique. Il n'est ni de droite, ni de gauche. Il est tout simplement modéré avec des adhérents à ... fort caractère !

Pourquoi Emmanuel Macron n'a pas suivi l'exemple de bien de nos illustres anciens présidents ? Il a manifestement eu tort de vouloir en créer un ersatz de toutes pièces. Rien ne vaut l'original !

Pourquoi je ne soutiens pas la liste de
la majorité présidentielle en Dordogne ?

La presse a soulevé récemment le manque d'expérience et la naïveté des acteurs de La République en Marche. C'est principalement cet aspect qui me gêne. 

Je lutte pour la valorisation de l'action politique, je lutte pour la reconnaissance de l'honnêteté d'une immense majorité d'élus de toutes sensibilités - contrairement à ce qu'une minorité de faits divers irresponsables relatés avec raison par les media peut laisser croire. Je lutte pour faire reconnaître la force de l'engagement citoyen ... et je suis triste de voir que quelques nouvelles personnalités sans formation et expérience politiques polluent le processus démocratique par des positions instables. On peut le voir en PACA ... "mais pas que" !

Tout en saluant cet engagement de bonne foi, je regrette qu'une grande majorité de "marcheurs" commettent des erreurs avec la fougue et la sincérité de leur jeunesse politique.

Et cette situation est particulièrement vraie en Dordogne. Je salue l'engagement militant sincère de ses membres "de base" et je suis toujours heureuse de pouvoir discuter avec ceux d'entre eux qui ne méprisent pas les autres partis présents sur le territoire. De la discussion jaillit la lumière, n'est-ce pas ?

De plus, le mode de constitution de la "team Darrieussecq" ne m'a pas paru compatible avec mon sens de l'engagement qui n'est pas basé sur des quotas définis au niveau parisien pour quantifier le nombre de représentants de la majorité présidentielle, de partis associés et de la société civile.

Le fait que la liste locale de la majorité présidentielle ne présente pas son programme en même temps que ses candidats est pour moi un signe évident : il est accessoire. Or pour moi, il doit d'abord être la base de l'engagement et avoir été préparé par des candidats déterminés et engagés pour cette élection depuis suffisamment longtemps. Tel ne semble pas être le cas en Dordogne ...

Pourquoi je soutiens la
liste d'union Droite et Centre autour de Nicolas Florian ?

La région est un outil majeur, voire le plus important, dans notre vie de tous les jours. Les départements et communes doivent en être le relais.

Le programme de la liste d'union portée par le LR modéré Nicolas Florian, relayé en Dordogne-Périgord par le tout aussi modéré maire de Bergerac sans étiquette,  répond à cette vision et c'est donc tout naturellement que j'ai répondu favorablement à la proposition que m'a faite Jonathan Prioleaud lorsque la mission de conduire cette liste lui a été confiée.

Pour tout dire, j'avais d'abord refusé par respect pour la décision politique que semblait prendre les instances dirigeantes de mon parti ; puis, lorsqu'il a renouvellé sa demande une fois cette dernière affichée, j'ai accepté en mon âme et conscience de défendre cette ligne plutôt que celle de la majorité présidentielle qui ne m'avait pas convaincue ... et c'est donc tout naturellement que j'ai remis ma démission de président  pour pouvoir agir en tant que simple citoyen engagé au Mouvement Radical.

Ensemble votons

C'est une liste véritablement néo-aquitaine, et ici périgordine. La stratégie qui la gouverne a été mûrie au coeur de la région, et non dans la capitale de la France, loin des réalités de terrain.

Elle est vraiment à nos couleurs ; Nicolas Florian fait des propositions politiques pas seulement pour son camp mais pour tous. C'est un projet volontariste dans un climat de modération. Les excès qui excluent n'y ont pas place.

Elle est aux couleurs de l'Aquitaine : bleu comme la mer, verte comme nos prairies, marron comme nos terres, jaune comme notre soleil, pourpre comme ses vins et la fougue des néo-Aquitains avec un mélange mauve rappelant qu'elle est multi-sensibilités ...

C'est vraiment une liste d'union d'une droite qui combat les extrêmes et d'un centre de valeurs ... L'un de ses membres centristes ne s'est-il pas présenté comme ... "canal historique" ?!

Elle répond à mes attentes de radicale et fan de Borloo !

Et surtout ... elle découle d'un long travail de préparation avec un programme précis qui amène la nouvelle région non seulement au coeur des anciennes - Limousin et Poitou-Charentes - mais encore au coeur de chacun des départements qui la composent. Elle se rapproche du citoyen ... et elle s'appuie sur la qualité et la variété de ses territoires. Elle prône la valorisation de notre agriculture, une agriculture raisonnée et éco-responsable source d'un développement économique durable.

Elle garantit la revitalisation de nos communes rurales où il fait si bon vivre. 

Enfance_Jeunesse

Alors, oui, demain, je serai aux côtés de Jonathan Priolaud et de 14 autres citoyens volontaristes qui se présentent à vos suffrages. Vous ne serez pas surpris : c'est la jeunesse qui y est mise à l'honneur. Les anciens comme moi sont là pour l'encourager et l'aider dans l'engagement de ses représentants pour une société meilleure.

Ils sauront faire !